Côte d’Ivoire : la CPI rejette de nouveau la demande de mise en liberté de Gbagbo

La chambre de la Cour pénale internationale (CPI) a de nouveau rejeté la mise en liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo.

La chambre de la Cour pénale internationale (CPI) a de nouveau rejeté la mise en liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo, dont la défense avait introduit une demande, estimant qu’il n’y a pas de “changement de l’état de santé” de l’ancien président ivoirien.

“La chambre à la majorité des juges, rejette la requête (de la défense) dans son entièreté”, selon la Cour qui précise que Cuno Tarfusser (président) a “émis un avis discordant”, dans une décision publiée en anglais sur son site internet.

La Chambre a estimé “qu’il n’y a aucun changement de circonstances concernant l’état de santé de M. Gbagbo”, dans la note.

La cour s’est dite “satisfaite que la santé” de l’ex-président “soit stable et qu’il reçoive des médecins de la CPI, mais aussi d’autres professionnels, le traitement optimal adapté à son état actuel et son âge, conformément au rapport médical mis à jour”.

Pour la chambre, la défense de Laurent Gbagbo, accusé de “crimes contre l’humanité”, n’a pas réussi à démontrer comment le traitement offert à M. Gbagbo aux Pays-Bas, serait exigé à la lumière du traitement holistique déjà offert”.

Réexaminant la situation de Laurent Gbagbo en septembre, la Chambre de première instance de la CPI, avait estimé que la détention de l’ex-président “demeure la seule mesure qui garantisse (sa) participation” à son procès, évoquant “l’existence d’un réseau de partisans qui pourrait l’aider à échapper à la justice”.