Afrique-Climat : une formation sur l’élaboration des CPDN se tient à Libreville

Un atelier de formation sur l’élaboration des contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN), sous l’égide de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), à travers l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), en partenariat avec le Conseil National Climat du Gabon et le Programme Intra-ACP se tient à Libreville depuis le 21 avril dernier, en prélude à la conférence des Parties, laquelle se tiendra en décembre prochain à Paris, en France.

WP_20150421_007Cet atelier réuni les pays de l’Afrique centrale et de l’Océan Indien. Il s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités des pays francophones dans le domaine des négociations internationales sur l’environnement et le développement durable et vise globalement à renforcer les capacités des participants sur les questions liées aux changements climatiques, de mettre à leur disposition différents outils et leur permettre de partager leurs expériences sur l’élaboration des contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN).

Pour Jean Pierre Ndoutoum, directeur à l’institut de la francophonie pour le développement durable, cet atelier vise à préparer les CPND des pays d’Afrique en vue de leur participation à la grande conférence des Parties qui aura lieu à Paris sur le thème du réchauffement climatique. ‘’Chaque pays devra préparer son document comportant ses différents engagements en matière de diminution et d’atténuation des gaz à effet de serre. L’Afrique doit trouver une stratégie de lutte contre le réchauffement climatique car, c’est l’une des parties du monde les plus vulnérables aux impacts négatifs des gaz à effet de serre. L’Afrique ne doit pas suivre le chemin d’industrialisation de l’occident. Elle doit emprunter une voie de développement en phase avec les préoccupations environnementales de l’heure’’, a déclaré M. Ndoutoum.

Les objectifs spécifiques assignés à cette rencontre sont entre autres, le renforcement des capacités des délégués sur la maitrise des enjeux et la portée des CPDN et leur contenu en matière d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Les thèmes abordés tout au long des travaux de cet atelier qui prend fin le 23 avril sont en lien entre autres avec les transferts de technologies, le financement des programmes, la prise en compte des objectifs de la Convention Cadre sur la diversité biologique et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Chaque pays devrait disposer à la fin de cette rencontre, des outils concernant la détermination des secteurs clés et prioritaires, notamment l’agriculture, la forêt et les énergies pour les CPDN, faire l’inventaire des secteurs potentiels de réduction des émissions des gaz et effet de serre (GES) et évaluer les besoins en termes d’adaptation, de renforcement de capacités et de transfert de technologies.