Economie

Gabon : qui a peur des mesures pour assainir la société gabonaise de transport (SOGATRA)

Gabon : qui a peur des mesures pour assainir la société gabonaise de transport (SOGATRA)
Aucun texte alternatif disponible.

Les bus de la société gabonaise de transport SOGATRA | DR

Oui le mensonge au Gabon réside dans le discours manichéen, une stratégie qui vise à se dédouaner de son passé pour se faire blanchir des actes commis. Depuis plus de 6 ans la SOGATRA était gérée comme une entreprise familiale par un groupe de personnes qui ont trompé les DG successifs et même au-delà… Les recettes et subventions sont mal utilisées car entre les besoins personnels et les projets pas réalisés, il n’y a pas de limite. Les difficultés de la société trouvent ici leurs origines et les exemples sont légion. Détournements de fonds, frais de mission annuels de plus de 300 000 000 FCFA, les prêts à eux-mêmes de plus de 340 000 000 FCFA non remboursés, simulation d’un incendie du logiciel de comptabilité pour effacer les traces de leur gestion digne du petit épicier de Dikoka (Mouila) et gabegie sont les seul vrais bilans des années passées et dont le DAF et sa bande en sont comptables.

Cependant, il y a lieu de faire la lumière sur certaines zones d’ombre.

Aux premières loges, on trouve :

– l’ancien DG – Le DAF – L’ancien chef de département ressources humaines, les informaticiens mafieux, et consorts – …….

Ces personnes forment le club de ce que nous nommons la famille des « grands experts financiers » et dont le seul critère de reconnaissance réside dans la façon de piller l’entreprise. Durant 6 ans, ces derniers ont réussi à mettre la Sogatra au sol en appliquant une gestion inqualifiable.

Il a donc fallu poursuivre l’œuvre du DG actuel dans les mesures d’assainissement de l’entreprise. Ce qui a conduit à la mise en place d’un Comité de Gestion pour rattraper le déclin de l’entreprise. Son objectif est de baisser les charges de la société (masse salariale, carburant, pièces détachées, etc…). Sauf que ces derniers apparemment impliqués dans la mauvaise gestion de la boîte sont contre ce nouveau dispositif pourtant nécessaire pour la survie de SOGATRA.

QUESTIONS Tout de même, des questions taraudent les esprits et les langues se délient pour se poser bon nombre d’interrogations. Entre autres, Qui a peur de l’audit de la paye ?

Qui a obtenu un glissement catégoriel de plus de 400% entre 2011 et 2015 ? Et d’ailleurs, qui a simulé l’incident du logiciel de compta en octobre 2015 et le même mois, celui des archives financières ? Pourquoi a-t-on peur du rapport de la Direction des Audits et de la lutte anti-fraude de la DGBFIP de 2015 ?

Ou sont passés les centaines de millions décaissés pourtant pour des projets dont aucun agent à Sogatra n’a vu à ce jour ? (bitumage base Libreville, aménagement base Owendo, barrière et aménagement base angondjé, …..) Qui a manipulé la paie depuis plusieurs années ? Qui a fait des dépenses en carburant de plus de 950 000 000 FCFA SUR UNE SEULE ANNEE ?

Alors du calme, nous allons dévoiler chaque dossier et seul les gabonais apprécieront qui est vraiment COMPTABLE de l’état dans lequel l’actuelle équipe dirigeante a trouvé la SOGATRA.

Si l’idée est de rétablir la société alors il y a lieu de laisser les nouvelles mesures stabiliser la santé de la SOGATRA, le contraire relève purement et simplement de la distraction et du mensonge.

Economie

Afriquereview.com est journal d'information indépendant de référence sur l'actualité africaine, économie, politique, société, culture, sport,

Copyright © 2014 AfriqueReview par PAO Sprint