Education : le coup de gueule d’Anatole Nnang Mezui

Le président de la ligue estudiantine des droits de l’homme, Anatole Nnang Mezui a dénoncé ce 3 Février 2015, à l’Université Omar Bongo de Libreville, les arrestations arbitraires et parfois l’incarcération de ses camarades en raison de leur participation aux mouvements d’humeur.

1394745798-DSCN3137Anatole Nnang Mezui qui s’exprimait au cours d’un point de presse a souligné que « les arrestations arbitraires et les détentions abusives des étudiants, notamment Firmain Ollo et Célestin Mintho’o ne constituent pas une solution aux différents problèmes qui minent l’Université Omar Bongo ».

« Il inadmissible dans un Etat de droit que l’on puisse infliger à un étudiant, un traitement punitif inhumain qui le priverait de ses libertés fondamentales, pour la simple raison qu’il aurait dénoncé le caractère arbitraire de certaines rectorales et les mauvaises conditions d’études au sein de l’UOB », s’est indigné le président de la ligue estudiantine des droits de l’homme. Il ajoute : « Nos camarades incarcérés pendant plus d’un mois sont devenus de grands symboles de lutte et de résistance dans le monde de l’éducation ».

Il a remercié tous ceux qui ont soutenu les étudiants incriminés jusqu’à leur libération