A la une

Ali Bongo : « il est inadmissible de prendre les enfants du Gabon en otage »

Ali Bongo : « il est inadmissible de prendre les enfants du Gabon en otage »

Le président de la république Ali Bongo Ondimba a invité les syndicats à reprendre sans délai le chemin du travail, afin d’éviter une année blanche pour le pays. «Il est inadmissible de prendre les enfants du Gabon en otage ! », a-t-il souligné.

PR SyndicatsLe Chef de l’État a reçu des mains du Premier ministre le rapport des travaux de la Commission ad hoc relative au dialogue social. Occasion saisie par les représentants syndicaux pour une série d’interventions assez vives. Appelant les syndicats à reprendre le travail sans délai pour éviter une année blanche, Ali Bongo Ondimba demande au Gouvernement de se mettre au travail immédiatement – dès ce week-end – pour rétablir les fils du dialogue avec les organisations représentatives. Dialogue, concertation, responsabilité. «Il est inadmissible de prendre les enfants du Gabon en otage ! »

Le Président de la République, garant de « la stabilité, la cohésion nationale, la sécurité et la paix », entend poursuivre l’effort dans le domaine de la réforme de l’État et dans la diversification de l’économie. Il appelle les syndicats à la responsabilité.

Le Président exige la reprise du dialogue et des résultats sans tarder

Appelé à conclure cette cérémonie au protocole partiellement bousculé, Ali Bongo Ondimba confiera qu’il était bien informé en amont du caractère tourmenté de la relation syndicat-Gouvernement : « Pas question de perdre encore du temps. Tous les ministres et les partenaires sociaux concernés doivent se retrouver. Je veux des résultats dans les prochains jours, et je ne saurais attendre. Travaillez tout ce week-end ! Passez des nuits blanches ! Toute la Nation vous regarde ; le peuple gabonais vous regarde et va mesurer vos capacités à surmonter les difficultés ».

Éviter l’année blanche

Priorités absolues, l’éducation et la santé mobilisent les efforts de l’État. Pour Ali Bongo Ondimba, le moment est venu de poser deux questions, qui valent interpellation : « Est-ce bien raisonnable ? Est-ce bien responsable ? ». Les représentants syndicaux se trouvent face au réel spectral d’une année blanche. Le Président a le ton grave : « L’année scolaire de plus de 400.000 enfants, 400.000 de nos enfants, de vos enfants, des enfants de compatriotes et de ceux qui vivent au Gabon, qui paient des impôts, leur année scolaire serait menacée ! Et pourquoi ? Parce que l’on revendique des augmentations de salaire que moi-même j’ai envisagé avant même que vous m’ayez demandé quoi que ce soit ».

La pression sur le Gouvernement

L’esprit de participation devant rester la marque de fabrique du dialogue social à la Gabonaise, le Chef de l’État demande au Premier ministre d’agir vite pour : rouvrir des négociations paritaires pour un nouveau système de rémunération ; régler le dossier des enseignants du pré-primaire par l’intégration immédiate de ceux qui remplissent les conditions statutaires et la mise à niveau, en termes de formation, de ceux qui le nécessitent et poursuivre le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) du 4e trimestre 2014.

Ces deux heures de libre expression démocratique et d’échanges directs entre Ali Bongo Ondimba et les représentants des travailleurs gabonais auront sans doute largement contribué à la fermentation salutaire de l’esprit du paritarisme. « Les enfants nous disent : ne sabotez pas notre futur ; laissez-nous aussi notre chance », souligne le Chef de l’État.

Click to add a comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A la une

Afriquereview.com est journal d'information indépendant de référence sur l'actualité africaine, économie, politique, société, culture, sport,

Copyright © 2014 AfriqueReview par PAO Sprint